La clé des ondes

BORDEAUX 90.10

LA RADIO QUI SE MOUILLE POUR QU'IL FASSE BEAU

Anti-passe sanitaire : ces voix qui font la force de la mobilisation à Bordeaux

Ces rassemblements anti-passe sont-ils compatibles avec les valeurs de gauche, demandent certains ? Allez-y, cela vous permettra d'échanger des arguments pour contester cette loi liberticide !

Commande du podcast

1h03m

Climat de Luttes

Anti-passe sanitaire : ces voix qui font la force de la mobilisation à Bordeaux

10/08/2021

Lire l'article
Télécharger
Photo de l'article: Anti-passe sanitaire : ces voix qui font la force de la mobilisation à Bordeaux

Cette émission propose un petit parcours dans la manifestation du samedi 7 aout à Bordeaux. Un parcours qui remonte le cortège après quelques prises de parole sur la place de la Bourse. Un parcours qui évite les militants connus et souvent entendus sur nos ondes, de la France insoumise à la CNT en passant par Bordeaux en Lutte, ATTAC et le NPA qui se trouvaient en tête de manifestation, derrière la banderole « Non au passe licenciements » et « Pour la justice sociale ».

Près de 5000 personnes, 240 000 dans toute la France selon Darmanin, ont défilé ce jour là. Ces personnes très diverses exposent les raisons de leur présence dans cette manifestation. Une bonne partie d’entre eux, vous l’entendrez, sont des « primo manifestants ». D’autres étaient déjà là dans le mouvement des GJ. Beaucoup de jeunes étaient présents mais vous les entendrez peu car ils ont souvent décliné l'invitation, par timidité.

En tout, une quarantaine de témoignages qui n’épuisent pas le sujet mais peuvent donner à entendre, au-delà des postures stéréotypées, des paroles singulières, des angoisses et des détresses parfois, de la colère souvent, et quelques pistes pour voir au-delà du passe sanitaire.

nom de la photo

Place de la bourse, samedi 7 août

Liberté, liberté !

Liberté, c’est le slogan commun à toutes ces manifestations, de Marseille à Dunkerque en passant par Bordeaux. Cette liberté s’entend de plusieurs manières : liberté de choix moral, liberté de conscience religieuse, liberté individuelle d'exercer son libre arbitre. Vous allez entendre successivement une femme musulmane voilée, un homme chrétien affichant sa foi, un couple portant fièrement son drapeau BBR, une femme revendiquant sa liberté individuelle et une autre contestant la fiabilité des vaccins, fabriqués il est vrai dans des temps records, et commercialisés sans attendre la fin de la période dite de « phase 3 », celle des tests sur l’homme. Les scientifiques ont fourni des données solides pour prouver l’efficacité et la sécurité de leurs vaccins qui ont été administrés, depuis les premières injections, à plus de trois milliards de doses dans le monde. Il est évident qu’ils réduisent de façon significative le risque d’être atteint d’une forme grave et de mourir de la Covid 19. Ce que nous ignorons, effectivement, c’est l’effet à long terme sur l’ensemble de la population désormais mondiale de cette biotechnologie génétique.

La liberté de choisir est bafouée par la décision d’imposer le pass sanitaire. Une liberté très individuelle certes mais tournée vers les enfants et l’avenir. Cette angoisse notamment des femmes concernant la santé de leurs enfants révèle une grande méfiance vis à vis du futur qu’on nous réserve. On en écoute une qui parle du refus de se voir imposer la vaccination, une autre de son désarroi, et un homme qui relève que cette décision fait au final l’unanimité contre elle, qu’elle soude les français contre elle, et qu’il faut défendre cette liberté.

L’idée que les mesures actuelles ont pour but essentiel de diviser les gens est largement partagée. Parfois contre l’évidence, en niant le fait que la maladie est dangereuse et qu’elle se propage rapidement. Mais nombreux sont ceux qui mettent en relation les conflits attisés par le pouvoir actuel entre les vaccinés et les non-vaccinés, avec les antagonismes d’origine, de religion, ou entre l’élite, les riches, et le « petit peuple ». Il y a donc un lourd passif à cette défiance

Les théories complotistes sont présentes aussi : sous une forme caricaturale comme dans les propos de cet homme qui a imaginé un lien entre les réunions du G7 et la propagation du virus avec l’argument massue bien connu « comme par hasard »… qui n’est bien sûr pas un argument et permet de trouver un lien entre tout et n’importe quoi. Mais de façon plus subtile dans ce sketch dont la trame est reproduite sous de nombreuses variantes sur les réseaux sociaux : il faut se vacciner pour protéger les personnes à risques, mais celles-ci sont déjà vaccinées, alors pourquoi les protéger ? Ce sketch est alimenté par les nombreuses approximations du gouvernement : quand O. Véran dit « avec le vaccin vous êtes protégé », il devrait préciser à 90 ou 95 % selon les vaccins et pendant une certaine durée. Quand il dit que se vacciner est la seule solution pour protéger les autres, il devrait préciser que cela n’exclut pas de transmettre le virus… et contre toute rigueur scientifique, il autorise à ne plus porte le masque là où le passe est demandé. Bref, au travers des multiples revirements officiels, les gens relèvent des approximations et demandent surtout à ne plus être pris pour des idiots.

nom de la photo

Manif anti-passe samedi 7 août

Macron, ton passe, on n'en veut pas !

Il faut dire que la collusion entre ce gouvernement et les lobbies est de plus en plus visible. L’idée que Macron nous ment pour protéger ces derniers – les financiers, les laboratoires pharmaceutiques – qui sont aussi ceux qui ont financé sa campagne électorale est largement partagée. Le nombre de mensonges affirmés face caméra par les membres du gouvernement depuis le début de la crise est phénoménal !

Certaines professions sont plus impactées que d’autres par la crise actuelle. Les artistes bien sûr, qui ont passablement dérouillé depuis un an et demi puisque pour la plupart, ils enchaînent une deuxième année blanche. La suppression de la jauge de 50 obligeant à demander le test sanitaire dès le premier spectateur entraîne l’annulation de nombreux spectacles. Nous entendons ici un musicien, et une artiste de cirque.

Les professions de la santé étaient particulièrement présentes ce samedi : aide-soignantes, infirmières, mais aussi orthophonistes, professionnels du soin et de la santé psychiatrique… Ces professions alertent sur le renoncement aux soins que va entraîner la loi sur le passe sanitaire, sur la fermeture des cabinets médicaux, sur l’embouteillage des parcours de santé qui ne va pas manquer de s’aggraver et sur l’augmentation des inégalités sociales. La détresse de nombreuses personnes, les dégâts sur la santé mentale sont inquiétants. Des soignants ont des doutes sur la sécurité des vaccins, sur les chiffres qui leur sont donnés, sur l’évaluation des risques. Une perte de confiance dramatique au moment de trouver une issue collective à la pandémie.

On fait quoi quand on aura dégagé Macron ?

Y a t-il des perspectives, des propositions concrètes au milieu de tout ça ? Comment se situent les manifestants par rapport au pouvoir politique ? On commence très fort avec un couple électeur de MLP en 2017, et qui s’affirme épris de liberté mais en symbiose avec la police. Anti-macron et anti-système, ils sont finalement déçus de LMP : ne serait-elle pas elle aussi pour le système… La question mérite d’être posée ! Il faut stopper un rouleau compresseur difficile à nommer. La solution est-elle strictement individuelle ou collective ? Comment faire basculer les choses ? Faire sauter le passe sanitaire comme outil de rassemblement pour empêcher Macron de revenir ? L’idée confuse que nous sommes dans un moment décisif, après plusieurs années de casse est là. On fait quoi, quand on a dégagé Macron ? Comment reprendre les choses en main ? Concorde citoyenne, primaire populaire, les propositions fusent dans tous les sens.

Une idée très partagée est que nous sommes en train d’assister à un changement de société très important. Au lieu de mener un grand débat démocratique, de faire une campagne d’ information d’ampleur (d’information, pas de propagande, le pouvoir menace nos libertés mais aussi nos retraites. C’est une brèche (le mot revient plusieurs fois) qui s’ouvre qui va entraîner d’autres changements encore plus profonds. Le spectre du régime chinois est souvent évoqué, la crainte d’un contrôle social de tous les instants, dans lequel nous allons sombrer si nous ne réagissons pas tout de suite. Une crainte (que ressentent vivement les restaurateurs) de voir tout le monde devenir le flic de tout le monde et de pulvériser tout ce qui fait société. Une crainte qu’avaient exposée deux intervenants sur la place de la Bourse en début de rassemblement : Harold Bernat, professeur de philosophie et GJ, qet Dominique Techer, au nom de la Confédération paysanne.

Dominique Techer met au passage le doigt sur une question peu soulevée dans les rangs des manifestants pourtant très critiques sur les statistiques Covid de façon générale. Un gros pourcentage des personnes décédant du Covid ou faisant des formes graves souffraient auparavant de maladies qui ne sont pas fatales : obésité, surpoids, hypertension ont souvent pour origine une alimentation déséquilibrée. La malbouffe, les fast-food, les repas tout préparés que l’on avale sur un coin de table parce qu’on n’a pas le temps de faire autrement provoquent ces maladies. On voit mal Macron et Véran dénoncer McDonald et les géants de l’agro-alimentaires qui font partie de leurs soutiens. Mais les anti-passe feraient bien de s’intéresser à la question pour ne pas passer à côté des véritables ennemis de la santé publique.

Une autre question trop peu soulevée est justement la médecine préventive qui a été pulvérisée par la gestion néolibérale de ces dernières décennies. En supprimant, cette année encore, des milliards de dotation pour les hôpitaux, on a inévitablement recentré la médecine sur les urgences et totalement détruit ce qui pouvait constituer les bases d’un service de santé publique digne de ce nom. Et ce sont les quartiers les plus défavorisés, les campagnes les plus éloignées de tout qui sont lourdement impactés dans l’accès aux soins, dans l’accès à l’information médicale, dans la formation aux gestes et pratiques qui permettent d’améliorer la santé de tous. Je n’ai rien entendu non plus sur l’urgence qu’il y a à lever les brevets sur les vaccins pour que les pays les plus pauvres y aient accès. Il faut bien le reconnaître, le fort consensus anti-vaccin ne prédispose pas à la majorité des manifestants à le réclamer pour tous.

Enfin seule la banderole de tête évoquait la possibilité de licencier (pardon, de suspendre les contrats de travail et les salaires) ouverte par cette loi. Il y a donc un sérieux travail d’information à faire pour montrer tout son caractère anti-social. La réforme régressive de l’assurance-chômage devrait être entérinée dès le 1er octobre, diminuant fortement les durées et les montants des allocations des chômeurs. Et Emmanuel Macron a confirmé sa volonté de reporter l’âge légal de départ en retraite et la fin de tous les régimes spéciaux pour faire payer la note de la crise sociale au monde du travail. Alors que le patrimoine cumulé des 500 plus grandes fortunes de France a augmenté de 30% en 2020 !

La pétition d'ATTAC et de nombreuses organisations de gauche

Samedi prochain, c’est encore à 13h30, place de la Bourse. Venez avec des informations à partager, des analyses à proposer. Il y a besoin d’élargir le débat.

Les podcasts

Commande du podcast

30m

Point Chaud

17/09/2021

Télécharger
Commande du podcast

2h30m

Le Plat de Résistance

Anne Lauseig du Collectif National de la Force Invisible des Aides à Domicile

17/09/2021

Télécharger
Commande du podcast

1h30m

Le Rayon vert

17/09/2021

Télécharger
TOUS NOS PODCASTS
C-est quoi cette chanson?
Appelez la radio

Ecouter le direct

Ecouter le direct