La clé des ondes

BORDEAUX 90.10

LA RADIO QUI SE MOUILLE POUR QU'IL FASSE BEAU

Bordeaux : la détresse du dernier enfermé du centre de rétention

  • Actu
  • Luttes
  • Société
  • D'ici et d'ailleurs

Désespérément seul, Mohamed est le dernier détenu encore enfermé dans centre de rétention de Bordeaux, au sous-sol de l'hôtel de police. Qu'importe le confinement et la fermeture des frontières, la préfecture le retient. Il nous livre son témoignage.

Commande du podcast

22m

A travers les murs

Rencontre avec Mohamed, dernier des retenus du centre de rétention de Bordeaux.

Diffusé le 06/05/2020

L'émission A travers les murs est à écouter en intégralité dans le podcast ci-dessus.

"J'avais mes papiers, ma carte de séjour. Je suis toujours en accident du travail : je suis boucher et j'ai eu le pouce de la main gauche coupé. Mes papiers sont valables jusqu'en août."

Pourtant, à la suite d'une condamnation en justice et de 9 mois passés en prison, Mohamed Talbi est "expulsable" et enfermé au centre de rétention administrative de Bordeaux depuis sa sortie de la maison d'arrêt de Gradignan le 23 avril. De nationalité marocaine, il vit en France depuis 10 ans et en Europe depuis une vingtaine d'années.

"J'ai 47 ans, c'est la première fois dans ma vie que je rentre en prison, même en garde à vue. Je suis arrivé en France en 2010 avec ma femme et mes enfants. J'ai eu deux autres enfants ici."

De la maison d'arrêt de Gradignan au CRA de Bordeaux

Il est sorti de prison 3 mois plus tôt, bénéficiant d'une remise de peine, mais pour se retrouver derrière d'autres barreaux. "J'ai fait tout ce qu'il fallait, je n'avais pas de problème." Aujourd'hui, il nous dit même penser au suicide.

"En prison au moins, il y a les promenades. On peut sortir ensemble, discuter, faire du sport. Au CRA c'est vraiment difficile pour un être humain. Je ne m'attendais vraiment pas à entrer ici. Je travaille, j'ai des enfants, ma famille, j'ai tout."

Mélanie Mauge-Baufumé, salariée de la Cimade, explique comment cette situation est justifiée par les pouvoirs publics :

"Les frontières sont fermées, donc la rétention n'a plus de fondement, il n'y a plus de perspective d'expulsion. Mais la préfecture a avancé le fait qu'il y aurait un vol spécial pour lui. Ça a été l'argument pour le garder enfermé, seul au sous-sol de la préfecture de Bordeaux."

Fin avril, rappelle-t-elle, un vol a été affrété de la France vers l'Albanie pour expulser des Albanais. Au retour, il a servi à rapatrier des ressortissants français restés là-bas. "C'est le seul vol qu'il y a eu depuis avril".

"D'autres solutions auraient pu être envisagées pour lui, notamment une assignation à résidence."

Mais en attendant cet hypothétique vol (les frontières du Maroc sont pour l'instant fermées), son enfermement est prolongé jusqu'à la fin mai.

Émission à écouter dans son intégralité dans le podcast ci-dessus.

nom de la photo

Le seul contact vers l'extérieur dans le CRA de Bordeaux : la cabine téléphonique.

Les podcasts

Commande du podcast

1h13m

Trait d'Union

Diffusé le 04/06/2020

Commande du podcast

2h28m

Trait d'Union

Diffusé le 03/06/2020

Commande du podcast

1h29m

L'Autre Parloir

Diffusé le 03/06/2020

Commande du podcast

1h29m

AC Tonne

Diffusé le 03/06/2020

TOUS NOS PODCASTS
Lecture / Pause de la radio ou d'un podcast
ECOUTER LA RADIO
/
Retour au direct