La clé des ondes

BORDEAUX 90.10

LA RADIO QUI SE MOUILLE POUR QU'IL FASSE BEAU

Coronavirus : Le centre de rétention administrative de Bordeaux a été vidé révèle la Cimade

  • Actu
  • D'ici et d'ailleurs

En fin de semaine dernière, les détenus du CRA de Bordeaux avaient démarré une grève de la faim. L’État n'ayant pris aucune mesure, c'est grâce à des recours en justice que les exilés ont finalement été remis en liberté.

Commande du podcast

9m

A travers les murs

"Situation exceptionnelle", les exilés retenus dans le CRA de Bordeaux ont été remis en liberté.

Diffusé le 18/03/2020

"Le Centre de rétention administrative de Bordeaux est vide. C'est une situation exceptionnelle. Toutes les personnes enfermées qui étaient retenues jusqu'à hier [mardi 17 mars] ont été remises en liberté par le juge face à l'absence de possibilité de les renvoyer" révèle Mélanie Maugé-Baufumé, intervenante de la Cimade dans le CRA et membre de l’émission A travers les murs sur La Clé des Ondes.

En effet, la suspension des vols aériens pour éviter la propagation du coronavirus engendre l'arrêt des expulsions. Une grève de la faim avait démarré en fin de semaine dernière, signe de l'inquiétude des exilés retenus dans le sous-sol du commissariat de police de Bordeaux. Aucune mesure de prévention n'avait été prise pour les protéger face à l'épidémie.

Pire, Mélanie précise que cette décision de vider le CRA n'est pas due aux instructions gouvernementales, mais à des décisions du juge qui a libéré une vingtaine de personnes après que celles-ci avaient déposé un recours. Une première libération avait eu lieu lundi racontait Médiapart, les autres ont été ordonnées ce mardi nous apprend-elle. Pour le juge, puisque l'expulsion était devenue impossible, la libération restait la seule solution.

Bientôt à nouveau rempli ?

Pour autant, "il serait question que d'autres personnes arrivent d'autres centres" affirme Mélanie. A titre d'exemple, le CRA d'Hendaye pourrait être fermé pour que les policiers soient affectées à la surveillance des frontières, ce qu'elle déplore :

"Il y a le risque pour les personnes que le virus leur soit transmis. D'autre part, sachant que toutes les liaisons aériennes et maritimes sont fermées depuis la semaine dernière dans une centaine de pays, il n'y aucune perspective de renvoyer les personnes du centre de rétention. Donc elles doivent être libérées."

Elle appuie son plaidoyer sur les nombreuses grèves de la faim qui ont lieu, l'avis rendu par le Contrôleur général des lieux de privation de liberté, mais aussi les délibérations prises régulièrement par les Cours d'appel qui demandent aussi leur libération.

Son souhait est simple :

"Le seul but d'enfermer dans les centres de rétention, c'est de renvoyer. S'il n'y a pas la possibilité pour la préfecture de renvoyer ces personnes, il faut qu'elles sortent."

Photo de Une : Le centre de rétention de Bordeaux en 2011 (Extrait du rapport du Contrôleur général des lieux de privations de liberté)

Les podcasts

Commande du podcast

58m

La Voix Off

L’Hôpital malade (3/3) – C’est la folie en psychiatrie !

Diffusé le 07/04/2020

Commande du podcast

23m

Point Chaud

Enseignement à distance, répression des enseignants. Entretien avec Alain Reillet (FSU).

Diffusé le 07/04/2020

Commande du podcast

26m

Dans Le Casque d'Amélie

JennahBarry/LasKellies/Roseland/MYD/Glauque/DanielAvery/LaMaisonTellier

Diffusé le 07/04/2020

Commande du podcast

58m

Le Bal masqué : les mix de la Clé

Victor Ashe

Diffusé le 07/04/2020

TOUS NOS PODCASTS
Lecture / Pause de la radio ou d'un podcast
ECOUTER LA RADIO
/
Retour au direct
undefined