La clé des ondes

BORDEAUX 90.10

LA RADIO QUI SE MOUILLE POUR QU'IL FASSE BEAU

Dans les hôpitaux de Gironde : "On est au pied du mur, on se retrousse les manches et on y va"

  • Actu
  • Société
  • Social-éco

Entre réorganisation des services, solidarité, et colère après des décennies de restrictions budgétaires, les hôpitaux de Libourne et Bordeaux se préparent à accueillir la "vague" de malades du Covid-19. Entretien avec le syndicat Sud Santé Sociaux.

Commande du podcast

19m

Point Chaud

La situation dans les hôpitaux de Gironde avant la "vague" Covid-19, avec Sud Santé Sociaux

Diffusé le 19/03/2020

Micka est technicien de laboratoire au Centre hospitalier de Libourne et co-secrétaire départemental du syndicat Sud Santé Sociaux en Gironde. Il a pris le temps de nous répondre alors que le nombre de patients atteints du Covid-19 devrait augmenter très prochainement dans le département.

"Les directeurs d’établissement ont réorganisé l’hôpital dans son ensemble. Ils ont créé des filières pour les patients Covid-19 pour ne pas qu’ils soient disposés partout dans les services."

C'est l'accès aux "respirateurs", ces machines qui insufflent de l'oxygène dans les patients atteints de difficultés respiratoires ou lors du réveil après une anesthésie générale, qui risque de s'avérer crucial.

"Ça sent quand même l’urgence. Mais on a la chance de ne pas être dans le Nord, ni en Italie, où vraiment ils ne s’y attendaient pas du tout. Le réveil a commencé à se faire ici à partir du moment où on a vu la situation en Italie. On va vivre une situation sanitairement parlant catastrophique. On a eu le temps d’anticiper un peu, mais même avec ce temps on sent que nos directions sont vraiment sous pression."

"On va prendre la vague sur le coin de la figure"

Selon Micka, une pandémie de cette ampleur aurait dans tous les cas créé des difficultés, quelle que soit la qualité du système hospitalier. Mais les attaques qu'a subies le système de santé publique depuis 20 ans n'arrangent pas les choses, loin de là.

"Ce que l’on voit depuis des années ce sont des fermetures de lit. Des milliers de lits fermés à la faveur de l’ambulatoire, parce qu’il faut faire des économies. On est sur ce logiciel là dans le système de santé français aujourd'hui : un logiciel purement économique."

Pourquoi supprimer des lits d'hospitalisation complète et les remplacer par de l'ambulatoire (le patient arrive le matin et ressort le soir) ?

"Ça coûte moins cher à la sécu d’avoir des patients uniquement sur une journée. Ça permet de gagner en personnel la nuit. Ils appellent ça le virage ambulatoire. Ils voulaient que les hôpitaux public fassent 70 à 80 % d’ambulatoire."

Or la pandémie de Covid-19 va nécessité des prises en charge longues, pour les cas les plus graves :

"Les patients atteints du Covid-19 vont être hospitalisés pendant 15 jours, 3 semaines voire un mois. Donc pour ça il faut des lits. [...] Là on va prendre la vague sur le coin de la figure, on va essayer d’être au maximum présents comme les soignants l’ont toujours été, et ça il faut leur rendre hommage. Ils ont toujours été présents, professionnels, donné le maximum d’eux-mêmes, quelles que soient les conditions de travail qui se sont dégradés ces derniers temps. Mais à la fin de cet épisode, il va falloir qu’on fasse les comptes."

Impréparation et coups fourrés

D'autant que la loi d'urgence sanitaire que prépare en ce moment même le gouvernement alerte également le syndicaliste-soignant :

"Ils veulent déréguler totalement les heures supplémentaires, que les congés annuels soient à la main des chefs d’entreprises et responsables d’établissement publics, mettre en silence les instances représentatives du personnel, notamment les CHSCT. Ils en profitent pour passer des coups fourrés, parce que tout le monde est un peu sonné par ce qu’il se passe. Alors que, je le rappelle, ils n’ont pas fait leur boulot en amont pour prévenir de cette catastrophe. Maintenant on est au pied du mur, on se retrousse les manches et on y va."

Hommage aux personnels soignants : Chaque soir à 20h, des applaudissements se font entendre aux fenêtres en soutien et remerciement des travailleur.euses de la santé !

Aller plus loin : - "La pandémie de Covid-19 va-t-elle mettre fin à trois décennies d'austérité imposée à l'hôpital ?", Ivan du Roy et Rachel Knaebel

Les podcasts

Commande du podcast

1h00m

Ouplidada

Diffusé le 12/07/2020

Commande du podcast

1h30m

Spy Market

Diffusé le 12/07/2020

Commande du podcast

15m

Par le trou de la serrure

Diffusé le 12/07/2020

Commande du podcast

2h30m

Aqui Portugal

Diffusé le 12/07/2020

TOUS NOS PODCASTS
Lecture / Pause de la radio ou d'un podcast
ECOUTER LA RADIO
/
Retour au direct