La clé des ondes

BORDEAUX 90.10

LA RADIO QUI SE MOUILLE POUR QU'IL FASSE BEAU

Enseignant.es : "Une partie du respect lié à notre profession s'est évaporé"

Qu'est-ce que le meurtre de Samuel Paty dit de la manière dont sont vu.es aujourd'hui les enseignant.es ? Des médias aux élèves, en passant par Blanquer et le ministère de l’Éducation nationale... Éléments de réponse avec un prof de Floirac.

Commande du podcast

22m

Point Chaud

Enseignant.es : "Une partie du respect lié à notre profession s'est évaporé"

22/10/2020

Photo de l'article: Enseignant.es : "Une partie du respect lié à notre profession s'est évaporé"

Harold Sabourdy est professeur d'histoire au collège Mandela de Floirac. Membre du Snes-Fsu, il siège au comité hygiène, sécurité, conditions de travail (CHSCT) de l'académie.

Il nous raconte d'abord comment certains médias sont venus vers lui et ses collègues avec un objectif bien précis. Notamment des journalistes de France Télévision :

"Ce qu'on attendait de nous très clairement c'était de dire qu'il y a en France un véritable problème avec une partie des élèves, sous-entendus les élèves de confession musulmane et leurs parents, sur le thème de la liberté d'expression, la laïcité, le fait religieux de manière générale. Il n'était pas possible de sortir de cet angle d'attaque. On s'est refusé à y répondre puisqu'on ne pense pas qu'il y ait de problème sur ce thème là en particulier. Et comme on ne répondait pas à la commande, ce sont des interviews qui ont souvent capoté, qui n'ont pas été diffusées."

Harold Sabourdy est clair là-dessus : "Il n'y a pas de contestations nombreuses face au fait religieux en classe". Si les menaces, insultes, intimidations, coups d'élèves en direction d'enseignants existent, ça n'a rien à voir avec les sujets enseignés.

"Les violences scolaires ont tendance à augmenter très clairement. Une bonne partie des enseignants ont intégré le fait que ça arrive fréquemment au cours d'une carrière, que ça fait partie des risques du métier. Or ça relève de délits, de la justice."

Des profs méprisés

Cette situation peut être liée selon lui à l'augmentation des inégalités dans notre société, mais surtout à un manque de moyens pour prendre en charge correctement les élèves.

"On est face à des élèves, particulièrement en éducation prioritaire, qui ne sont pas en état physique ou intellectuel de se comporter dans les normes qu'on essaie d'inculquer. Ça relève du sanitaire. Mais les délais sont extrêmement longs pour les prises en charge, et vous vous retrouvez avec une hétérogénéité colossale dans ces classes" nous explique l'enseignant.

Alors comment y remédier ? En redorant l'image des enseignants, et les conditions matérielles dans lesquelles ils travaillent.

"On voit bien aujourd'hui qu'on n'est plus vraiment importants en tant que profs. Vous n'êtes plus un poste important. Et une partie du respect lié à cette profession s'est évaporé. Or on a besoin d'un soutien de notre administration, et on a besoin de moyens pour faire face à un public qui est de plus en plus confronté à la précarité, la difficulté, notamment dans les établissements éducation prioritaire."

Photo : rassemblement en hommage à Samuel Paty devant le rectorat de Bordeaux, ce samedi 17 octobre.

Les podcasts

Commande du podcast

35m

Dans Le Casque d'Amélie

Top 10 des sorties d'albums du 20/11/20 pop/folk/rock/electro/jazz/funk/soul #112

30/11/2020

Commande du podcast

1h00m

Ouplidada

29/11/2020

Commande du podcast

1h38m

Spy Market

29/11/2020

Commande du podcast

2h30m

Aqui Portugal

29/11/2020

TOUS NOS PODCASTS
Lecture / Pause de la radio ou d'un podcast
ECOUTER LA RADIO
/
Retour au direct
undefined