La clé des ondes

BORDEAUX 90.10

LA RADIO QUI SE MOUILLE POUR QU'IL FASSE BEAU

La mort à petit feu de la peine de mort

En Europe il reste un seul pays qui applique encore la peine capitale. Etat des lieux de cette mort étatique et de l'avancée de son abolition. Par Amnesty International Bordeaux Sud pour Les Clés des Libertés sur la Clé des Ondes.

Commande du podcast

10m

Les Clés des Libertés

La mort à petit feu de la peine de mort

20/05/2021

Lire l'article
Télécharger
Photo de l'article: La mort à petit feu de la peine de mort

Texte intégral de l‘émission de „La Clé des Ondes“ du 13/5/2021 La peine de mort

Amnesty International est une ONG libre et indépendante forte de 10 millions de personnes qui défend les droits humains en France et dans le monde.

Aujourd’hui, nous parlons de la peine de mort, des aspects historiques jusqu’à son application aujourd’hui, dans le monde et en Europe. Bertram Blank, du groupe Amnesty Bordeaux, est le responsable du dossier Peine de Mort d’Amnesty International en Région Aquitaine.

Est-ce qu’on peut dire que la peine de mort est une peine historique ?

Bertram : Je dirais plutôt c’est une peine archaïque. On peut effectivement dire que la peine de mort est probablement aussi âgée que l’humanité. Et je pense que c’est une peine qui faisait partie du paysage de l’humanité pendant des siècles et des siècles. L’idée de son abolition est bien plus jeune.

Est-ce qu’on sait qui était le premier pays à avoir aboli cette peine capitale ?

Il me semble que ce n’est pas complètement clair, au moins pour moi qui ne suis pas historien. Parmi les tous premiers territoires était la Toscane où le Grand-duc a aboli la peine de mort en 1786, il y a plus 230 ans…

et puis le chemin vers l’abolition a pris son envol…

Lentement, mais sûrement. Il faut se rendre compte qu’à la fin de la première guerre mondiale en 1918, il y avait seulement 7 pays qui avaient aboli la peine capitale. A la fin de la seconde guerre mondiale, en 1945, il y avait un seul pays de plus, l’Islande. C’est dans les années 1990 et 2000 que le chemin vers l’abolition s’accélère avec 40 pays abolitionnistes en 1990 et presque 70 en 2000.

Pourquoi cet envol du mouvement abolitionniste à partir de 1990 ?

Bonne question ! Je ne sais pas vraiment, mais je peux très bien m’imaginer que la mondialisation a eu un effet très positif sur cette évolution. C’est peut-être la toile qui a permis de partager les idées abolitionnistes et qui a permis finalement cette vague d’abolition.

et aujourd’hui ?

Fin 2020, il y avait 106 pays dans le monde qui ont complètement aboli la peine de mort, 8 pays supplémentaires l’ont abolie pour des crimes de droit commun, c’est-à-dire en dehors de leur droit de guerre.

Et puis il y a les pays abolitionnistes dans les faits…

Oui, chez Amnesty on appelle un pays abolitionniste dans les faits, un pays qui n’a plus exécuté depuis au moins 10 ans. Il y en a 28 actuellement dans cette catégorie. On pense alors qu’ils sont sur le chemin de l’abolition : ce qui s’est passé pour beaucoup de pays. En résumé, cela fait à peu près ¾ des pays dans le monde sur un peu moins de 200 pays qui sont abolitionnistes en droit ou en pratique.

Alors 3/4 de près de 200 pays n’utilisent plus la peine de mort. Quels sont les pays qui exécutent le plus dans le monde ?

En tête de cette liste est depuis très longtemps la Chine. Il faut savoir qu’en Chine la peine de mort est un secret d’état. Pas ou très peu de publications officielles. Alors on ne connaît pas les chiffres exacts, mais Amnesty et d’autres organisations estiment que la Chine exécute plusieurs milliers de personnes tous les ans.

Suit alors sur cette liste depuis longtemps l’Iran avec plusieurs centaines d’exécutions par an. Puis l’Arabie saoudite, l’Irak, le Pakistan, l'Egypte, et puis le Viêt-Nam ces dernières années... Cela change un peu d’une année sur l’autre, mais on retrouve toujours plus ou moins les mêmes états. Mais il faut aussi reconnaître que même dans ces pays l’application de la peine capitale recule.

Et en Europe ?

En Europe il reste un seul pays qui applique encore la peine capitale : la Biélorussie. Le fait que la quasi-totalité des pays européens ont aboli la peine de mort au moins dans la pratique, c’est grâce, au moins en partie, au Conseil de l’Europe qui a décrété que les pays qui veulent adhérer doivent abolir la peine de mort. C’est par exemple pour cette raison que la Russie a instauré un moratoire sur les peines capitales en 1996, mais elle ne l’a malheureusement toujours pas aboli malgré ses engagements de l’époque… Depuis la cour constitutionnelle russe prolonge régulièrement ce moratoire.

Il y a un état dont il faut parler parce que c’est toujours une référence générale au moins pour les pays occidentaux : les Etats-unis.

Oui, évidemment. Les USA étaient jusqu’en 2015 dans le top 5 des pays exécuteurs avec 35 exécutions en 2014 et 28 en 2015.

En 2020, il y avait ce qu’on pourrait appeler l’effet Donald Trump…

Oui, la plus grande partie des mises à mort aux USA ont lieu normalement, si on peut dire, dans les états, notamment dans les états du sud des USA. Très peu au niveau fédéral. En 2020, sans les exécutions cette fois-ci au niveau fédéral, on aurait eu seulement 7 exécutions aux USA, 7 de trop évidemment, mais Donald Trump y a fait rajouter 10 exécutions fédérales, les premières depuis l’année 2000. Plus 3 exécutions supplémentaires juste avant de quitter la présidence en janvier 2021, dont la première femme exécutée au niveau fédéral depuis 70 ans, Lisa Montgomery.

Effectivement…. Alors pour revenir un peu vers Amnesty International, depuis quand Amnesty lutte contre la peine de mort ?

Amnesty a été créée en 1961 pour défendre les prisonniers d’opinion. Depuis 1968, Amnesty s’oppose par tous les moyens contre la peine de mort pour les prisonniers politiques. En 1980 AI lance la première compagne mondiale contre la peine capitale. Ça veut dire que la peine de mort est un thème phare, un thème prioritaire d’Amnesty depuis la fin des années 60.

Dans notre groupe d’Amnesty à Bordeaux, nous avons une personne condamnée à mort que tu suis en particulier…

Oui, c’est Chiou Ho-shun, un condamné taïwanais de 60 ans qui est dans les couloirs de la mort depuis plus de 30 ans.

Quelle est son histoire ?

Il a été arrêté et inculpé en 1988 avec 11 autres personnes pour deux meurtres commis l’année précédente. En 1989, à l’issue d’un procès inique, ça veut dire un procès qui ne respectait pas du tout les règles les plus élémentaires pour ce genre de procès, seul Chiou a été condamné à mort.

Il a été rejugé plusieurs fois depuis ?

Effectivement, il a été rejugé 11 fois et condamné de nouveau. En 1994, c’est-à-dire 6 ans après son premier jugement, une enquête officielle a conclu que ses « aveux » avaient été obtenus sous la torture. Puis en 2003, 15 ans après son premier procès, la police taïwanaise a reconnu avoir essayé d’étouffer le fait qu’un autre homme (exécuté depuis pour d’autres charges) avait avoué les meurtres pour lesquels Chiou était accusé.

Chiou Ho-shun clame t-il son innocence?

Oui, il clame depuis toujours son innocence… Et nous demandons sa libération immédiate et sans condition au gouvernement du Taïwan… Nous mettons régulièrement son cas en avant en public, par exemple avec des affiches lors de notre action « Amnesty sur les quais » à Bordeaux, avec des photos prises avec le public avec des pancartes « Liberté pour Chiou ».

Tous les ans pour son anniversaire en avril, nous organisons l’envoi de carte postale à Chiou. Evidemment nous n’avons pas de retour directement de Chiou, mais nous savons via AI Taiwan que Chiou reçoit ces cartes et que ce sont des petites lumières au fond de sa cellule. Nous espérons que la présidente actuelle accepte sa demande de grâce. Après plus de 30 ans derrière les barreaux. Ce serait génial….

Alors pour conclure peut-on dire que l’idée de l’abolition de la peine de mort, ce meurtre étatique, avance mais il y a encore beaucoup de chemin à faire ?

Je crois que c’est un très bon résumé…

POUR ALLER PLUS LOIN : Amnesty International est opposée à la peine de mort en toutes circonstances, sans exception, quels que soient le crime commis ou la méthode d’exécution. Il s’agit du châtiment le plus cruel, le plus inhumain et le plus dégradant qui soit.

Photo de Une : Manifestation contre la peine de mort aux Etats-Unis organisée par Amnesty International et l'Acat France, membres de la Coalition mondiale contre la peine de mort, le 12 juillet 2008 à Paris. (World Coalition Against the Death Penalty/Wikimedia.jpg)/CC)

Pour contacter notre groupe, écrivez nous à  bordeauxsud@amnestyfrance.fr Notre page Facebook « Amnesty International Bordeaux » a été bloqué par FB pour la deuxième fois d’affilée. Mais vous pouvez nous contacter via Instagram : amnestybordeaux33 . 

A bientôt, lors de notre prochaine chronique on parlera de la Colombie.

Les podcasts

Commande du podcast

11m

L'Invité.e Du Jour

Audrey Brisse, le Chahuts et la Fabrique.

14/06/2021

Télécharger
Commande du podcast

29m

Point Chaud

Point Chahuts #06 : Bernard Friot, le Salaire à vie et l'optimisme

14/06/2021

Télécharger
Commande du podcast

1h09m

Lesbiennes à l'antenne

La rue est à noues, la scène aussi !

14/06/2021

Lire l'article
Télécharger
TOUS NOS PODCASTS
C-est quoi cette chanson?
Appelez la radio

Ecouter le direct

Ecouter le direct