La clé des ondes

BORDEAUX 90.10

LA RADIO QUI SE MOUILLE POUR QU'IL FASSE BEAU

Les jeunes, les élections et le climat

Certains votent, d'autres pas. Marie-Alex, Alex, Virgile, Tom, Souad et Basile, 25 ans en moyenne, sont venus dans Climat de luttes discuter de leur engagement pour sauver le climat.

Commande du podcast

59m

Climat de Luttes

Les jeunes, les élections et le climat

01/07/2021

Lire l'article
Télécharger
Photo de l'article: Les jeunes, les élections et le climat

Dossier

Ah les jeunes, les jeunes ! Ils ne pensent qu’à faire la fête c’est bien connu, jeunesse insouciante, jeunesse irresponsable même, lorsqu’elle fait des rave party en pleine pandémie, jeunesse ingrate qui ne voit pas tout ce que fait son président pour l’écologie, et, comble du comble, jeunesse dépourvue de tout devoir civique qui boude les urnes, même les dimanches où il pleut !

On ne compte plus le nombre de commentaires, d’articles de presse, d’émissions de TV sur le thème du vote des jeunes, versant des larmes (de crocodile) sur une abstention qui n’a pas du tout entaché la satisfaction des élus de ce dimanche 27 au soir. Déclarations tonitruantes, remerciements aux électeurs ... Ces mal-élu·e·s qui ne recueillent jamais plus de 15 % de vote des électeurs inscrits ne boudent pourtant pas leur plaisir. Pour la plupart d’ailleurs, ce sont des ré-élu·e·s, qui retrouvent leurs chaussons abandonnés tout chauds la veille. Car la deuxième caractéristique de ces élections, après une abstention terrible qui devrait empêcher de dormir tout républicain, c’est la reconduction à quelques exceptions près des équipes déjà en place, ce qu’on appelle la prime aux sortants.

On pourrait presque résumer ça par : Ils ont tellement rien fait pour s’opposer à la crise climatique... qu’ils sont réélus. Le parangon de tout ça est sans doute Alain Rousset, reconduit après 23 ans de mandats à la tête de la région Nouvelle-Aquitaine, alors que ni lui, ni sa liste, ni son programme ne répondent vraiment aux exigences de bifurcation écologique.

87%. C’est le taux d’abstention record des 18–24 ans au premier tour ce dimanche 20 juin 2021. 83% des 25–34 ans, 71% des 35–49 ans, 56% des 50–69 ans et 40% des plus de 70 ans.

Pourtant, les thématiques des élections régionales (nous nous concentrons sur elles car les départementales ont un caractère plus local), concernent de plein fouet la question du climat qui inquiète à juste titre de plus en plus de jeunes : développer le fret, le train du quotidien ou dépenser des milliards dans un LGV considéré comme inutile par 95 % des participants à l’enquête publique ? Creuser des bassines, des réserves de substitution pour une poignée d’agriculteurs irrigants alors que toutes les études montrent qu’elles aggravent la sécheresse ? Continuer les pesticides en faisant semblant de verdir son propos avec la HVE qui est une véritable supercherie ? Prétendre soutenir les énergies renouvelables en laissant se développer un projet de destruction de 1000 ha de forêt ou bien des méga-méthaniseurs qui polluent et détournent de la surface agricole utile pour faire de l’énergie rachetée au prix fort ? Ces quelques exemples que nous avons traités dans Climat de luttes ces derniers mois montrent à quel point les enjeux régionaux sont pourtant bien ceux qui préoccupent les jeunes dans les mouvements de désobéissance civile qui les rassemblent (ANV-COP 21, XR, Youth for Climate), ou dans les réseaux (RAC, Shift, ou IEET).

Dans le même temps, les jeunes font la queue aux restos du cœur, ils sont maltraités par les forces de l’ordre comme jamais, que ce soit à l’occasion du blocage d’un pont à Paris pour le climat, à l’occasion d’une fête de la musique comme celle où Steve a perdu la vie, ou à l’occasion d’une soirée musicale comme à Redon. Ils sont méprisés par un président qui leur indique qu’ils n’ont qu’à traverser la rue pour trouver du boulot, ou à s’acheter un costume. Jamais notre société n’avait à ce point marqué sa haine des jeunes.

Nous avons invité pour cette émission des jeunes qui ne rentrent pas forcément dans les cases des sondeurs : jeunes engagés en politique mais plus ou moins emballés par les échéances électorales, jeunes engagés sur la question du climat mais qui n’ont pas voté, ou voté qu’à un seul tour, jeunes qui se méfient de bout en bout des politiques et appellent à des modes d’action plus radicaux, mais aussi jeunes engagés politiquement et qui ont même fait campagne...

Nous avons autour de la table un panel de tous ces jeunes dont tout le monde parle, mais qu’on ne laisse pas souvent parler. Ils ont en commun d’être préoccupés par l’environnement et le climat. L’objectif de cette émission est de leur donner pleinement la parole.

Avec :

Marie-Alexandra, militante chez Extinction-Rebellion (XR)

Alexandra, militante chez Extinction-Rebellion (XR) et Il est encore temps Bordeaux (IEET)

Virgile, militant engagé dans les grèves pour le climat de 2019 et candidat sur la liste de Nicolas Thierry, 20 ans

Tom, militant ANV-COP21 et libertaire (Union communiste libertaire et Confédération nationale du travail), 30 ans

Souad, en alternance à la Clé des Ondes et non engagée politiquement, 20 ans

Basile, Jeune insoumis et candidat sur la liste conduite par Clémence Guetté, 23 ans

Déconstruction démocratique ?

Un numéro de la documentation française paru cette année et intitulé Générations désenchantées, expose deux sortes de théories qui tentent d’expliquer ce phénomène :

–> la théorie du déclin (Roberto Stefan Foa et Yasha Mounk) qui considère que nous entrons dans une ère de « déconstruction démocratique » et que les jeunes générations en seraient le moteur. D’autres, proches de cette théorie, considère la montée de l’abstention comme le symptôme d’une crise civique.

–> la deuxième catégorie d’explications (Ronald Inglehart) porte davantage sur la mise en cause de la participation qui nous est proposée dans notre système actuel : une participation dirigée par les élites (à travers le vote) et une participation qui conteste ces élites. Les jeunes seraient de moins en moins enclins à n’être que des supporters qui suivent les consignes et se contentent de la place qui leur est dévolue dans une démocratie représentative.

nom de la photo

Le sociologue bordelais Vincent Tiberj a essayé d’étudier l’évolution du répertoire d’action de la participation en classant les sondés en 4 grandes catégories :

  • les non-participants qui ne votent pas systématiquement et qui n’ont jamais protesté (manif, pétitions, boycott, actions de désobéissance...)

  • les électeurs qui votent systématiquement mais s’abstiennent de protester

  • les protestataires qui au mieux votent épisodiquement mais ont déjà participé à des actions de protestations

  • les poly-participants, qui votent systématiquement et ont déjà protesté.

En comparant différentes cohortes d’âge on voit une évolution très nette : chez les boomers, ceux nés entre 1940 et 50 et mieux, ceux nés entre 50 et 60, la catégorie poly-participants est très nettement majoritaire (54%) les trois autres entre 10 et 20 % chacune.

Au fur et à mesure qu'on étudie des cohortes plus jeunes, on voit un changement très net : la catégorie des poly-participants tombe à 20 % pour les plus jeunes, et c’est la catégorie des protestataires qui devient majoritaire (pour la génération 80-90 : 54 %) tout en chutant un peu dans la génération 90-2000 à 46 %, au profit très net de la catégorie non-participant.

nom de la photo

extrait de l'article "Trop apathiques ou trop remuants ? " de V. Tiberj (p 157)

Agenda

  • 3/07 : RSA (réunion des super activistes) à la ZAP à Bègles le 3 juillet à 17h à l'initiative d'ANV-COP 21

  • 7/07 : Procès Black Rock le 7 juillet à Paris

  • Fin juillet : Arrivée des zapatistes au rassemblement intergalactique à Notre-Dame-des-Landes

  • 6-7-8/08 : festival des Burlesques près de Bure (Meuse)

  • 10-12/09 : Camp climat à Bordeaux

  • 22/09 : Le collectif Notre Maison Brûle organise le 22 septembre à Bordeaux une journée d'action (atelier + manifestation) à l'occasion du 2eme anniversaire de Lubrizol, du 10 eme anniversaire

  • A l'automne : 2e saison des Soulèvements de la terre. La première saison vient de finir qui dénonçait l'artificialisation des sols et la deuxième saison va évoquer les pesticides à l'automne.

Chanson

Les Boutons d'Or, d'Henri Plandé par le groupe Eliphendre

Les podcasts

Commande du podcast

1h59m

Trait d'Union

29/07/2021

Télécharger
Commande du podcast

2h28m

Trait d'Union

28/07/2021

Télécharger
Commande du podcast

1h29m

L'Autre Parloir

28/07/2021

Télécharger
Commande du podcast

1h34m

Bordeaux Blues

28/07/2021

Télécharger
TOUS NOS PODCASTS
C-est quoi cette chanson?
Appelez la radio

Ecouter le direct

Ecouter le direct