La clé des ondes

BORDEAUX 90.10

LA RADIO QUI SE MOUILLE POUR QU'IL FASSE BEAU

Les "Journées bonheur" au secours des familles "qui n'arrivent plus à subvenir à leur besoin"

La proposition du Secours populaire est une réponse directe au bilan tiré du confinement où l'association a assisté à une hausse des demandes d'aides alimentaires et à la suppression de leur journée des oubliés des vacances. Entretien.

Photo de l'article: Les "Journées bonheur" au secours des familles "qui n'arrivent plus à subvenir à leur besoin"

Avec le confinement, le Secours populaire a enregistré une hausse de 45% des demandes d'aide alimentaire au niveau national. Le Secours populaire de Bordeaux n'a pas échappé à la règle, comme l'explique Pauline de Bortoli, chargée de l'animation des campagnes de solidarité :

"On a vu arriver des familles qui jusqu'à présent s'en sortaient tant bien que mal mais ayant perdu leur travail, elles n'arrivaient plus à subvenir à leur besoins"

Elle décrit une modification du profil des bénéficiaires. Des nouveaux publics, qui ne sollicitaient pas forcément le secours populaire avant le confinement. "Des étudiants, des auto entrepreneurs, toutes les personnes qui vivaient de petits boulots ou de l'économie informelle", explique-t-elle. Au niveau national, les demandes sur l'aide alimentaire ont augmenté de 45%.

Pour faire face à cette nouvelle demande, le Secours populaire a pu compter sur la mobilisation des bénévoles.

"On a eu beaucoup de propositions de bénévolat spontané ou suite à un appel qu'on avait passé sur les réseaux sociaux, ce qui nous a permis de maintenir l'aide alimentaire sur tout le département de la Gironde"

Les vacances ne sont pas la priorité

Le Secours populaire propose chaque année des aides financières pour aider les familles à partir en vacances, ainsi que des colonies à prix réduit. Mais cette année, les demandes d'aides pour les vacances ont baissé de 50%. "On avait pressenti que les vacances ne seraient pas forcément la priorité des familles", résume Pauline de Bortoli.

Plusieurs raisons l'expliquent.

"Cette année il y a le frein économique mais il y a aussi un frein psychologique qui est difficile à lever, des personnes qui ont peur de contracter le virus ou de se mettre en danger elles ou de mettre en danger leurs enfants".

La journée des oubliés des vacances, qui réunit chaque année plus de 500 enfants - l'an dernier ils se sont rendus au parc Walibi - ne pourra pas non plus avoir lieu.

Pour pallier ces manques et offrir aux familles des "espaces de respiration", le Secours populaire organise des "Journées bonheur".

Sur une journée, les enfants, accompagnés par les parents, pourront faire de l'accrobranche au parc de Créon, visiter la MECA, prendre l'air à l'écosite du Bourghail à Pessac ou s'initier au rugby, avec l'association Drop de Béton, lors de sorties plage.

La première journée bonheur est programmée pour le 8 juillet et les inscriptions sont encore possibles.

Pour plus d'informations : contact@spf33.org

L'interview avec Pauline de Bortoli est à retrouver en intégralité dans le podcast en haut de la page

Photos : Secours populaire de Gironde

Les podcasts

Commande du podcast

1h00m

Commande du podcast

1h00m

Ouplidada

20/09/2020

Commande du podcast

1h45m

Spy Market

20/09/2020

Commande du podcast

1m

Aqui Portugal

20/09/2020

TOUS NOS PODCASTS
Lecture / Pause de la radio ou d'un podcast
ECOUTER LA RADIO
/
Retour au direct
undefined