La clé des ondes

BORDEAUX 90.10

LA RADIO QUI SE MOUILLE POUR QU'IL FASSE BEAU

Malgré la pandémie, Ford veut "fermer l'usine comme on claque une porte voiture"

  • Actu
  • Social-éco

VIDÉO - Malgré le confinement, Ford Europe refuse de prolonger le congé de reclassement. Les syndicats s'indignent. La CGT écrit à la direction.

"222 personnes sans solution !!!" C'est écrit en rouge sur les documents écrits par la CGT Ford. Le syndicat s'inquiète du sort des collègues de l'usine de Blanquefort licenciés par la multinationale américaine.

Ce mardi 26 mai se tenait la réunion mensuel du comité social et économique de l'entreprise. Dans l'usine jaune girondine, seules 52 personnes étaient encore présentes sur site en avril. Il y a un an, ils étaient encore 900.

L'activité dans l'usine consiste désormais à savoir qui démolira l'usine : quatre sociétés sont en lice. Les salariés encore présents listent les machines et équipements qui seront récupérés par Bordeaux Métropole pour être transmis aux écoles et centre de formations. "L’enlèvement des machines 'réservées' par Ford devrait reprendre en Juin" note la CFTC.

Comme une médaille pour la région

Le syndicat CGT s'étonne aussi qu'une transmission soit "donnée à la région pour exposition dans le hall de l'hôtel de Région" et ironise sur "cette récompense (comme une médaille), pour avoir laissé Ford faire ce qu'il voulait !"

Surtout, les syndicats s'inquiètent de la situation des collègues. Certes, 368 ne font pas partie du congé de reclassement car sont partis en pré-retraite (252), en retraites, en longue maladie ou ont été transférés à l'usine voisine de Getrag. Cinq anciens salariés sont décédés dont au moins trois suicides survenus entre 2018 et 2019.

Mais parmi ceux et celles ayant intégré le processus de reclassement, 222 ex-Ford n'ont rien. "Aucune solution" s'alarme la CGT.

nom de la photo

Ils sont 259 à avoir trouvé une solution dont une majorité (144) de CDI comprenant aussi des CDI Intérimaire (le salarié est rattaché à une agence d'intérim et enchaine les missions d'intérims selon les besoins de l'agence). Les autres solutions sont bien plus précaires : 17 CDD, 24 créations d'entreprises, 74 formations longues de reconversion. La CGT alerte à nouveau :

"Dans les solutions identifiées, des collègues sont toujours en période d’essai, ou en CDI Intérimaire, ou en formation longue, sans aucune certitude d’obtenir un CDI pérenne. Avec le confinement certains sont même inscrit à Pôle Emploi en fin de formation car les entretiens d’embauches promises ont été repoussées sans date précise !"

A titre d'exemple, la catastrophe est totale pour ceux qui s'étaient formés pour entrer dans l'aéronautique, un secteur qui connaît une crise majeure et un gel des embauches.

Ce congé de reclassement, qui ne garantit que 80% du salaire appliqué dans l'entreprise, a une date limite. Il dure 15 mois pour les moins de 50 ans et 18 mois pour les plus de 50 ans.

Or, durant la période de confinement, "aucun recrutement" n'a eu lieu pendant deux mois affirme la CGT. Un contexte confirmé par la chute libre du nombre d'offres sur les sites d'emplois (-25%) comme l'a indiqué le ministère du Travail. La CGT ajoute que le chômage a progressé de 22,6% en avril selon la Dares.

"mépris habituel"

Ainsi, tous les syndicats (CGT,CFC-CGC, CFTC, Fo) demandent une prolongation du congé de reclassement. Quelle réponse fait la direction ? "Son mépris habituel" s'agace la CGT qui précise que selon la direction locale, le cabinet de reclassement "Right Management n'a jamais arrêté de travailler pendant le confinement". Ford Europe ne compterait pas revenir sur son refus de prolongation.

La CFTC regrette aussi la position de la direction :

"Elle considère toutefois que les mesures du PSE sont suffisantes en l’état. Ford ne veut pas revenir dessus et a donné une réponse défavorable au décalage de la fin des congés de reclassement ; même ne serait-ce que pour « neutraliser » la période de confinement. Nous avons insisté sur le fait que l’ensemble des mesures du PSE étaient impactées par la crise actuelle (formations, stages, promesses d’embauches, ATD...)."

Le prolongement n'est pas encore quantifiable pour la CGT puisque "la crise n'est pas finie."

143 Ford aux Prud'hommes

Ce syndicat majoritaire a donc adressé un nouveau courrier à la direction de Ford Europe pour ouvrir les discussions. Il rappelle que l'entreprise a touché plus de 50 millions d'euros sur les 10 dernières années, a fait le "choix désastreux de fermer son usine" et doit désormais "assumer sa responsabilité sociale et accepter de prolonger le congé de reclassement des collègues licenciés pour leur donner toutes les chances de trouver une reconversion professionnelle"

Il appelle aussi les collectivités locales (villes, métropole, département, région) à réagir vivement. Vincent Alauze, représentant du personnel CGT au CSE, regrette leur attitude :

"Tous les élus nous ont oublié. Pour eux, on est un dossier classé. De toute façon, dès qu'il n'y a plus les médias ils ne sont pas là, à part le député Prud'homme."

Apprenant enfin la victoire judiciaire des ex-Goodyear d'Amiens qui ont fait condamné leur ancienne entreprise pour licenciement abusif, la CGT Ford conclue :

"Souhaitons-nous le même résultat dans notre procédure aux prud'hommes engagée contre la multinationale milliardaire licencieuse Ford !"

Les 143 dossiers des ex-Ford contestant le bien-fondé de leur licenciement seraient "en attente de traitement" pour être étudiés par le tribunal des Prud'hommes.

Les podcasts

Commande du podcast

1h00m

Nouveautés à la Clé

Diffusé le 10/08/2020

Commande du podcast

1h00m

Ouplidada

Diffusé le 09/08/2020

Commande du podcast

1h30m

Spy Market

Diffusé le 09/08/2020

Commande du podcast

2h30m

Aqui Portugal

Diffusé le 09/08/2020

TOUS NOS PODCASTS
Lecture / Pause de la radio ou d'un podcast
ECOUTER LA RADIO
/
Retour au direct