La clé des ondes

BORDEAUX 90.10

LA RADIO QUI SE MOUILLE POUR QU'IL FASSE BEAU

Retraites : la base de l'UNSA ferroviaire va poursuivre la grève en Nouvelle-Aquitaine

  • Actu
  • Luttes
  • Social-éco
  • Retraites

Les cheminots UNSA Aquitaine-Poitou-Charentes s'opposent aux annonces de leur Fédération nationale. Comme une dizaine d'autres unions régionales, ils feront grève pendant les fêtes pour réclamer "qu'il n'y ait pas de perdants".

Commande du podcast

14m

L'invité.e

Pour l'UNSA Aquitaine "ce qui est obtenu n'est pas suffisant" pour faire une pause dans la grève.

Diffusé le 20/12/2019

"Nos adhérents nous ont fait remonté qu'ils étaient contre une pause. A 80% ils estiment que cette décision était une erreur."

Voilà ce qu'assurait Patrick Labrue, secrétaire régional de l'UNSA ferroviaire Aquitaine-Poitou-Charentes, à notre micro ce vendredi.

Rien ne justifie une pause

Alors que la veille, la Fédération nationale du syndicat annonçait cesser la grève durant les congés, la base affirme son désaccord. Sans remettre en cause "les négociations ni ce qui a pu être gagné", rien ne "justifie" cette décision selon ses militants aquitains.

Le syndicat régional se montre donc toujours aux côtés de la CGT Cheminots et de Sud Rail avec la volonté ferme de continuer la mobilisation et la grève durant la période des fêtes de fin d'année. Dans un communiqué commun, ces trois syndicats déclarent que :

"Ces négociations ne doivent pas faire oublier que ce gouvernement n'a qu'une seule volonté : assujettir les organisations syndicales à son diktat (...). La reconduction de la grève, comme sa suspension, se décident dans les assemblées générales par les cheminots !"

Cette position serait rejointe par une dizaine d'unions régionales de l'UNSA, selon Patrick Labrue. Il dénonce une "posture parisienne" alors qu'il n'y a "pas d'engagement de l’État, pas de signatures en bas d'un document".

Des avancées

Il rejoint par ailleurs la position nationale de l'UNSA qui ne demande pas directement le retrait de la réforme mais souhaite qu'il "n'y ait pas de perdant". A ce titre, il note des avancées sur la prise en compte des personnels cheminots qui ne seraient plus touchés par la réforme. Mais cela reste insuffisant :

"A terme, il y a encore 35000 cheminots dans l'entreprise qui se trouveraient pris à la gorge. C'est inacceptable d'avoir une partie des cheminots qui, parce qu'ils ont plus de 15 ans de cotisation, ne seraient plus touchés. Tandis que ceux qui auraient moins seraient touchés. Ce serait ubuesque d'accepter."

Patrick Labrue s'inquiète d'une réforme "tellement individualisée, tellement complexe avec le régime par points et la prise en compte des différentes carrières", et moque le discours du gouvernement qui "dit vouloir un régime unique mais exclut les militaires, les policiers..."

Pour continuer la mobilisation, il s'en remet aux assemblées générales, seuls lieux de décision légitimes. La mobilisation nationale du 9 janvier lui semble bien loin.

En revanche, son syndicat appelle avec la CGT Cheminots de la gare de Bordeaux, Sud Rail et FO Cheminots à un "Noël des cheminots" qui aura lieu ce lundi 23 décembre à 11h sur le parvis de la gare. Une collecte de jouets sera effectuée pour les donner à des associations caritatives.

La promesse "intenable"

D'ici là, un week-end chargé s'annonce dans les gares. Patrick Labrue qualifie d'"intenable" la promesse faite par le secrétaire d’État aux transports selon laquelle tous les voyageurs ayant réservé un billet auront une place :

"Un plan de transport part des agents qui ne font pas grève et du matériel présent. Quand on aura le matériel et le personnel, on pourra dire le nombre de trains qu'on pourra tirer. Le ministère a imposé un plan de transports à la SNCF, qui s'est exécuté. C'est un plan de transport intenable car il ne se pose pas la question de s'il y a les rames et les mécaniciens. Pour nous, cette façon de procéder est dénuée de sens et ne permettra pas de réaliser le plan de transports annoncé."

Il ajoute avoir la connaissance de "trains [dont les places ont été] mis[es] en vente, qui n'existent pas. Certains trains ne pourront pas être assurés, on le sait."

Photo de une : page Facebook Unsa Ferroviaire

Les podcasts

Commande du podcast

30m

Le Chemin des Transitions

Eric Veyssy - Terre et Océan

Diffusé le 21/02/2020

Commande du podcast

59m

Lumières, Lumières

Diffusé le 20/02/2020

Commande du podcast

8m

L'invité.e

Entretien complet avec Jean-Michel Gendek (Solidaires) sur la lutte contre la réforme des retraites

Diffusé le 20/02/2020

Commande du podcast

1h59m

Trait d'Union

Diffusé le 20/02/2020

TOUS NOS PODCASTS
Lecture / Pause de la radio ou d'un podcast
ECOUTER LA RADIO
/
Retour au direct
undefined